|
Anecdotes » Linguistique

Louchébem : l’argot des bouchers du XIXème siècle

Vue 86 442 fois 2 commentaires

Les bouchers du XIXème siècle avaient un langage bien à eux : le louchébem dont seuls quelques mots sont passés dans le langage courant.


Le Louchébem (parfois écrit loucherbem) était l’argot des bouchers parisiens du XIXème siècle, quand de grands abattoirs (notamment ceux du quartier de La Villette) existaient encore dans Paris.

Couverture du livre de David Alliot : Larlépem-vous louchébem ? (Parlez-vous louchébem ?)

Si comme tout langage codé il peut paraître assez opaque au premier abord, la construction du vocabulaire est en fait très logique et permet une compréhension assez aisée dès lors qu’on en possède les clés.

Voici comment se construisent les mots en Louchébem :

  1. la ou les consonnes du début du mot sont placées à la fin
  2. on place la lettre « L » au début
  3. on ajoute un suffixe. Il en existe plusieurs : -em, -oc/oque, -uche, -ic, -é, etc.

On comprend vite la signification du mot « louchébem » et pourquoi il donne son nom à l’argot des… bouchers :

BOUCHER > OUCHÉB > LOUCHÉB > LOUCHÉBEM

Langage essentiellement oral, le louchébem s’écrit de manière phonétique. Voici quelques exemples de mots de l’époque :

  • femme : lamfé (l-am-f-é)
  • fou : loufoque (l-ou-f-oque)
  • morceau : lorceaumic (l-orceau-m-ic)
  • gigot : ligogem (l-igo-g-em)
  • etc.

Le louchébem est encore parfois pratiqué de nos jours dans le domaine de la boucherie, mais seuls quelques mots sont passés en français dans le langage courant, par exemple :

  • loufoque (fou)
  • en loucedé (en douce)
En savoir plus : David Alliot, Larlépem-vous louchébem ? L’argot des bouchers, Paris, Horay, 2009


|
FacebookTwitterWikioGoogleNetvibesMSN LiveMyspaceTechnoratiDel.icio.usDiggStumbleNewsvineRedditYahoo myWebBookmarks.fr

2 commentaires »

  • louis a dit :

    oui oui, je suis boucher mais je n’en parle que quelques mots, mais bon je connais l’essentiel, les mots les plus courants, dès fois on parle en louchébem, mais quand on parle vite c’est pas évident a comprendre

  • Hayate a dit :

    Je vais prendre un elmpexe qui vous parle. Je consulte tre8s souvent Wikipedia. C est pour moi une mine d informations, sur les e9ve8nements passe9s comme sur les e9ve8nements pre9sents. J y ai re9cemment trouve9 un article sur l argot de l Internet, et j aurais difficilement de9niche9 ailleurs sur Internet un glossaire aussi complet. Mais si je cherche sur Wikipedia des informations sur Alexandre Dumas, j obtiendrai une biographie sommaire qui ne remplacera jamais la lecture de ses ouvrages. Et si je veux lire ses ouvrages, il me faut une solide connaissance de la langue frane7aise pour ne pas me lasser de cette lecture (cf. le passage sur les termes de ve9nerie e0 propos des chasses de Louis XIII). Il y a donc de nos jours 2 cate9gories de culture, et la cate9gorie infe9rieure concerne des personnes (c est la majorite9) qui n ont ni le temps, ni les moyens mate9riels (meame si elles en ont l intelligence) pour acce9der au niveaux supe9rieurs de la culture litte9raire. Et vous pouvez toujours les regrouper, elles n en sauront pas davantage que si on les prend individuellement. En re9sume9, la the9orie selon laquelle le groupe peut eatre plus intelligent que la personne la plus intelligente qu il contient, est valide9e dans un grand nombre de domaines, mais pas dans tous. SVP ne prenez pas cela pour une attaque personnelle.